Le Patrimoine en péril de la semaine : ETALLE / Le musée du Potier à Huombois

Imprimer

museeGaumais.jpgConcluons ce focus sur 10 témoins de patrimoine peu connus, mais qui méritent le détour dans 10 communes de Gaume. Les réactions ont été variées au cours de ce périple…périlleux pour nous !

L’un des objectifs était de susciter le regard du promeneur et de montrer que, pour un œil curieux, le patrimoine se niche partout, même dans les endroits les plus inattendus.  Si nous avons pu attirer l’attention sur leurs qualités architecturales ou leur valeur historique et, pourquoi pas, susciter un débat, le but est en partie atteint. Certains se sont offusqués, quelques-uns de ces monuments étant privés. Nous n’avons cependant voulu ni condamner ni blâmer, mais seulement décrire et amener des idées. Chacun, en effet, ne peut faire que selon ses moyens et, en terme de patrimoine, les procédures peuvent s’avérer ardues. Pour le reste, le Musée gaumais lance une invitation à toute personne soucieuse d’améliorer l’état des lieux, pour conseiller et étudier avec elle les voies qui s’ouvriraient…parfois à peu de frais.

 

Pour l’heure, et afin de ne pas figurer en donneurs de leçons unilatérales, nous terminerons ce petit tour d’horizon des Patrimoines en péril …en balayant nous aussi devant notre porte !

 

Cher Fabien Dordu ! Se doutait-il, ce médecin de Bruxelles, né à Ethe et féru d’archéologie,  qu’un des fours de potier gallo-romain qu’il avait repérés dans un champ de Huombois en 1912, serait visible et visitable près d’un siècle plus tard ?

 

Au printemps 1954, Joseph Mertens, archéologue au Service des Fouilles, est averti par le Musée gaumais. Il entreprend alors les recherches qui dégageront cinq fours et une officine de potier du 1er siècle de notre ère (+/- 60 après J.-C.). C’était un temps où tout semblait plus facile (encore que !) : les projets, les subventions, les frais de personnel,… M. Léon BALON offrait généreusement son terrain ; des souscriptions publiques étaient recueillies ; et la première antenne décentralisée du Musée gaumais ouvrait ses portes en ‘55. Ce fut le premier musée de site archéologique. Il faut comprendre par là que la politique d’Edmond Fouss était d’élargir le tronc de son arbre muséal virtonnais en y faisant germer des bourgeons. Il rêvait d’allier histoires naturelle et humaine en intégrant in situ un musée de plein air. Déjà, le visionnaire imaginait cette originalité dont seule la Gaume pourrait se targuer, et allait développer autour de nos richesses un tourisme éducatif. Il put concrétiser ce rêve mieux encore cinq ans plus tard à proximité immédiate ; et ce fut Montauban.

Huombois - Musée potier.jpg

 

Illustration : Huombois, Le musée du Potier et la ferme voisine

 

Triste destin. Montauban a, depuis, supplanté Huombois. Tout est, là-bas, laissé à la nature par manque de personnel ou d’intérêt. A côté d’une vaste ferme abandonnée, et pourtant remarquable (mais qui n’appartient pas au Musée), posée dans un écrin boisé tel un bijou sur le velours des prés, le petit édifice de béton subit avec résignation les outrages des vandales : vitrines brisées, panneaux détruits, objets perdus. Seul le four, visible à deux mètres de profondeur, résiste encore. Dans ce site bucolique si séduisant, on se plaît pourtant à imaginer une résurrection qui évoquerait, comme jadis, l’oeuvre des artisans quand la Gaume, bordée par la chaussée Reims-Trèves, était alors une part de la « Cité des Trévires ». Le long de la route Virton-Etalle, le petit musée de Huombois et, qui sait, cette belle ferme restaurée, pourraient devenir une étape touristique sur un itinéraire qui relierait Château Renaud (Croix-rouge), lui aussi délaissé, au refuge des Quatre fils Aymon. Au fond du vallon forestier, Huombois est riche également des forges séculaires du Fourneau Marchant, transformées en pisciculture et où, naguère, l’imposant « père Xhaflaire » servait à déguster des truites savoureuses.

 

Si vous allez par là, n’aggravez pas les choses. Regardez avec compassion le petit local  pour lequel existe bel et bien un projet, mais dont les moyens, pour nous comme pour chacun, ne sont pas toujours à portée de bourse ou de temps.

 

Retrouvez Huombois et toutes nos activités sur :

 

www.musees-gaumais.be et sur notre page Facebook

Les commentaires sont fermés.