L’œuvre de la semaine : …Voici des fruits, des fleurs,…

Imprimer

museeGaumais.jpgL’automne, période des arbres qui offrent enfin à la récolte tout ce que le printemps et l’été auront mis de bonne volonté à produire. C’est là que l’on voit enfin si le soleil fut assez généreux, le gel tardif, ou la pluie convenable, juste assez.

Et si la guêpe fut rare, comme cette année, les raisins et les poires, au flanc de cette bouilloire au cuivre reluisant, c’est la promesse des jus de cuisson et de fermentation, des confitures, des gelées et des vins. Tiens, cette belle pièce de dinanderie, ne serait-elle pas une production du ferblantier Vaudois, installé jadis chez nous ? Le Musée en possède un semblable exemplaire signé de sa main.


os1909.jpeg

 Nature morte à la bouilloire

Huile sur toile, 46x55 cm

Don de Mme Germaine Bertrand, Virton

MGV2497

 

Mais qui est ce J. Marc qui nous offre ces fruits de saison ? Était-il gaumais, comme on pourrait le croire, puisque ces œuvres furent léguées au Musée par Mme Germaine Bertrand-Jeanty de Virton dans les années ’50 ?

Actif en tout cas en 1889 – c’est tout ce qu’on sait de lui – et dans trois autres tableaux, l’artiste nous laisse aussi « des fleurs, des feuilles et des branches… »  comme eût dit Paul Verlaine[1], qui fut un contemporain. Attrait à cette saison d’automne, le même Paul - amoureux tendre ? - disait ailleurs dans ce même poème :

 

J'arrive tout couvert encore de rosée
Que le vent du matin vient glacer à mon front.
Souffrez que ma fatigue à vos pieds reposée
Rêve des chers instants qui la délasseront.

 

C’est bien cette rosée que nous voyons désormais sur les vitres et dans les jardins, en cet été que nous voyons « s’enfuir comme un ami qui part », avec mélancolie.

 

Sur ce peintre lumineux, retrouvé au détour d’un inventaire et d’une réserve un peu poussiéreuse, un de nos lecteurs pourra-t-il nous donner quelques précisions ?

Nous jetons la bouilloire…à la mer dans l’attente de quelque message.

 

 

Visitez cette nature-morte de J. Marc, mise en scène dans la Galerie des Beaux-arts du Musée gaumais nouvellement réaménagée

 

Retrouvez toutes nos activités sur

www.musees-gaumais.be et sur notre page facebook

 



[1]Paul VERLAINE, Green dans Aquarelles (Romances sans paroles), Londres, 1873

Les commentaires sont fermés.