L'oeuvre de la semaine : "Descente de la Semois"

Imprimer

Logo 75ème 422 ko.jpgQui ne connaît l’embarcadère de la bucolique descente en barque de la Semois ? Chiny, tout comme Lacuisine, évoque le charme désuet des villégiature établies au détour de ses méandres à la fin du XIXe siècle. Au fil de l’eau et du temps, la formule romantique autorise la découverte de paysages rocheux autrement inaccessibles.

Cette face cachée de la rivière sauvageonne ravit. Des artistes nous l’ont donnée à voir a travers leur travail ; le Musée gaumais possède dans sa collection de Beaux-arts, deux visions du sujet.  On les doit à deux femmes de notre époque, ou peu s’en faut.

Et ce sont des femmes illustres !

L’une était Comtesse de Flandre, née Marie de Hohenzollern(1845 – 1912). En Belgique, le comte de Flandre est traditionnellement le frère du Roi, et dans ce cas, elle était donc la belle-sœur de Léopold II, et mère d’ Albert 1er.

En quête d’une propriété champêtre pour y passer l’été avec sa famille, le Comte de Flandre, fils cadet du Roi Léopold 1er, avait acquis en 1868 le domaine des Amerois, entre Bouillon et Florenville.

Véritable artiste, la Comtesse de Flandre s’est attachée à l’Ardenne qui lui inspira un album d’eaux-fortes intitulé « La Semois » réalisé entre 1883 et 1890,  dont est extrait cette gravure.

DSC_0090.jpg

Marie de Hohenzollern, Comtesse de Flandre (1845 – 1912)
La Semois à Chiny,

Eau-forte, 25x35 cm

Achat, 1954

L’autre peintre, c’est Louise Héger (1842 – 1933), qui nous laisse un dessin au crayon sur le même sujet.

Décidée à devenir paysagiste, alors qu’aucune formation officielle de peintre n’existe pour les femmes dans la société bourgeoise du XIXe siècle, cette autodidacte se forme auprès de ses collègues masculins.

Progressivement, elle se fraye un chemin dans les milieux artistiques du XIXe siècle avec ses paysages, peints en plein air dans divers endroits de Belgique et des pays voisins. Son parcours original lui vaudra d’être décorée Chevalier de l’Ordre de Léopold en 1903.

 

En septembre, le module du 75ème anniversaire du Musée gaumais

se trouve à Jamoigne (château du Faing)

Au Musée gaumais, ces deux œuvres sont exposées dans la  MICRO-EXPO consacrée à la commune de Chiny, tout le mois de septembre

 

Entrée gratuite tout le mois pour les habitants de la commune.

 

 

 

Retrouvez toute notre actualité sur

 

www.musees-gaumais.be  et sur notre page Facebook

 

Les commentaires sont fermés.