Cantos invite ses amis ...

Imprimer

CANTOS ET SES AMIS CARTON RECTO+ texte+pince;.jpg

Du 8 au 27 septembre, une exposition collective inhabituelle sera visible à la Galerie du Comble à Virton (place du kiosque). Pour la première fois en effet l’artiste Christian Cantos remplit la fonction de commissaire d’exposition.


Fac Logo.jpgC’est à l’invitation de la FAC (Fabrique d’Artistes Contemporains asbl) que ce créateur qui ne passe désormais plus inaperçu a été amené à choisir quatre plasticiens parmi ceux qu’il a côtoyés dans ses pérégrinations artistiques.
 
Intitulé « Cantos et ses amis », l’événement s’inscrit dans la série des expos Ex Tela (IV) dont le but est de présenter de nouveaux talents, des œuvres rarement montrées ou des artistes éloignés.
 
Ainsi le public gaumais va avoir la chance d’admirer des grands format du photographe Michel Léger qui présente habituellement de petits formats dans la région, de découvrir le peintre hongrois Albert Szamosfalvi qui n’est jamais venu en Belgique, de rencontrer un des enfants terribles de l’art contemporain en la personne de Jean-Luc Curabet et de s’intéresser de plus près à un sculpteur local à l’imagination fertile et débordante, à savoir Marc De Winter.
 
Des œuvres de Christian Cantos complèteront la scénographie.
Marc De Winter est tailleur de pierre de profession. Virtuose de la ronde bosse, il exploite ses compétences techniques pour créer des œuvres symboliques aux enchevêtrements complexes.
Photographe d’art reconnu, Michel Léger a été l’élève de Serge Cantié à Toulouse, avant d’étudier à Lyon puis Lausanne. Il expose depuis 1972. Actuellement, il poursuit un travail plastique, tendant à l’abstraction, fondé sur les murs de la ville et sur l’objet abandonné.
Jean-Luc Curabet est un plasticien contemporain confirmé. Cité dans plusieurs monographies, il a été classé dans « les peintres de l’agonie » par le galeriste et critique d’art Guy Denis. Formé en école d’art en France, il recherche le défi technique pour exprimer ses prises de position sur la nature humaine. Les émaux de Longwy autant que le matériel récupéré en décharge lui ont offert le support ou les matériaux nécessaires.
Albert Szamosfalvi est le fils d’un couple d’artistes célèbres en Hongrie. S’inscrivant dans la continuité familiale, il a étudié dans deux grandes écoles d’art magyares avant d’entrer en rébellion contre le régime communiste et de s’intégrer au milieu artistique underground de Budapest. Ayant fui sa terre natale, c’est en France qu’il a trouvé l’espace de liberté propice au développement de son art expressionniste, lucide et contestataire. Aujourd’hui, grâce à la Chute du Mur, il reconquiert patiemment le public de son pays.
Ex Tela IV se visite en semaine de 15 à 18 h et les week-ends de 14 à 19 h.
 
b Vernissage le vendredi 7 septembre dès 19 h (allocution du président de la FAC, M. François Culot) et apéritif de clôture le jeudi 27 septembre de 18 à 20 h.
 
 

VERSEAU IMAGE+texte.jpg

 

Les commentaires sont fermés.