L'oeuvre de la semaine : Chiny à pas « comté »

Imprimer

Logo 75ème 422 ko (2).jpg

Qui est ce seigneur en armure, épée brandie, éperonnant son cheval caparaçonné ? Bien digne des récits de chevalerie, on pourrait croire qu’il s’apprête à une joute. 

 

Et précisément, c’est Louis V, comte de Chiny, l’organisateur du fameux tournoi de Chauvency en 1285. Son écu porte les armes de son comté « de gueules semé de croisettes d'or, à deux poissons d'or » et derrière lui, le blason des Looz « burelé d’or et de gueules ». Notons que les poissons sont des bars. Rien à voir, donc, avec la truite d’Orval (même si l’on peut trouver l’Orval … Hum !...dans des bars).

Voici donc le sceau (sigillum) qui porte son nom et son titre : Ludovic V comitus Chineio. Son domaine est né vers l’an mil mais trouve ses origines dans la redistribution des terres qui ont suivi le partage de l'Empire de Charlemagne. C’est la lutte qui oppose Lothaire, roi des Francs à Othon II, empereur germanique, pour la possession de la Basse-Lotharingie.. De cet orage politique dans le ciel du Haut Moyen Age date la création du « Chiniasensis Comitatus » selon les textes anciens.

Deux dynasties se succèdent au comté de Chiny. La première débute avec Othon Ier (980-1013). Elle s'achève en 1226 avec Louis IV (1189-1226) non sans avoir été fondatrice (Arnoul 1er) et protectrice (Louis III) de l’abbaye d’Orval.

Louis IV n'avait pas de fils. Ainsi prit fin cette première lignée. L'aînée de ses filles, Jeanne, épousa Arnould III de Looz (dans l’actuel Limbourg), qui érigea la seconde dynastie, les comtes de Looz et Chiny. C'est la fin d’un âge d'or.

 

 

Sceau Comte de Chiny.jpg

Photo : Sceau de Louis V, comte de Chiny (1268-1299)

Photothèque Musée gaumais, Virton, n° 03-07-24 et 03-07-25

MGV 2282 AGRS 4043 Louis V comte de Chiny, 13e siècle

 

 

En 1258, Jeanne de Chiny et Arnould III de Looz (1227 -1272) fonderont avec Henri de Bouillon, abbé d’Orval, la ville franche de Gérouville, exemple rare de localité que gèrent deux pouvoirs, le spirituel et le temporel à la fois. Cette seconde dynastie dure de 1226 à 1364, date à laquelle le comté de Chiny sera vendu à Wenceslas, duc de Luxembourg.

Mais revenons à Louis V. Deuxième Comte de Looz et Chiny de 1268 à 1299, il garantit lui aussi les privilèges et donations faites à Orval, notamment celle de distribuer aux pauvres, à la porte de l'abbaye, le pain de deux muids de grain. Cette tradition a perduré jusqu'au XVIIIème siècle. En 1260, il affranchit Saint-Mard et Vieux-Virton à la loi de Beaumont. En 1270, ce sera Virton.

Le comté de Chiny couvrait le territoire d'entre Semois et Chiers qui forme la Gaume (grosso modo) : Florenville, Neufchâteau, Etalle, Virton, Montmédy, Carignan et Montmédy ainsi que d’autres terres moins proches situées sur les rives de la Meuse, près de Mezières et de Givet.

Et où se trouvait le château ? Difficile de le dire, car les capitales du comté varièrent au cours du temps : le castrum de Chiny sans doute, Montmédy, Virton…ont été des sièges importants.

Château pour château, en ce XXIème siècle à Chiny, le pouvoir s’exercera désormais depuis le château du Faing, superbement restauré. Mais cela est une autre histoire…

 

 

 

Au mois de septembre,

 

le module 75ème du Musée gaumais se trouvera Jamoigne (Château du Faing)

 

Durant tout ce mois, MICRO-EXPO au Musée gaumais consacrée à la commune de Chiny. Visite guidée «aux bulles pétillantes » le mercredi 05/09 à 20 H.

 

Entrée gratuite tout le mois pour les habitants de la commune.

 

 

 

Retrouvez toute notre actualité sur

 

www.musees-gaumais.be

 

et sur notre page Facebook

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.