Virton, capitale de la Gaume

Imprimer

Non, la Gaume n’est pas une réserve d’indiens !

Totem de Virton.jpgFace à la Maison du Tourisme, on trouve un totem, tout ce qu’il y a de plus indiens.

L’explication tient en une seule date, 1967, celle du départ des canadiens de la base aérienne de Marville.

Charles de Gaulles avait décidé de se passer du Traité de l’Atlantique Nord pour assurer la défense de la France.

Pour sceller l’amitié entre Gaumais et Canadiens, qui avait duré 12 ans, nos amis nous ont offert ce totem, un deuxième, son jumeau, se trouve à Longuyon.

 

Virton, la plus petite capitale du monde.

Ce n’est pas un titre officiel mais il reflète bien le sérieux, l’importance et aussi l’humour et le sens de la dérision des citadins les plus méridionaux de Belgique.

Implantée sur une relief particuliers, « les Cuestas », la ville vit sous un soleil que l’on dit qu’il est le plus ardent du royaume.

Depuis la fusion des communes, la ville de Virton a adopté quelques villages d’alentours : Saint-Mard, Chenois, Latour, Ruette, Grandcourt, Saint-Remy, Gomery, Bleid et Ethe, tous plus gaumais les une que les autres… Tous avec leur passé propre et leurs coutumes personnelles.

En tout environ 11000 habitants qui gravitent autour du centre commercial, administratif et scolaire.

Une longue histoire

Virton naît à l’époque gallo-romaine. Un important centre artisanal et commercial se dessine sur le site du « Vieux Virton ». Il disparaîtra avec les invasions barbares du Vè siècle.

Petite ville tranquille, mais bouillante par le caractère de ses habitants, les seuls en Belgique à avoir fait la révolution française de 1848 et monter au clocher pour y accrocher le drapeau français.

Vertunum signifie « colline », « tumulus », mots issus du celte et qui auraient été latinisés. Donc, il ne faut plus croire que Virton résulte du confluent des rivières Vire et Ton qui se trouvent d’ailleurs à Saint-Mard.

En 1133, existe un nouveau Virton, construit sans doute pour Louis II de Chiny autour d’un château fort.

La ville est prospère jusqu’en 1340 : commerces, notables, artisans cohabitent dans ses murs. Lors de la vente du Comté et de son incorporation au Duché de Luxembourg, les choses se gâtent. Durant cette période, Virton, Montmédy, Carignan ou la Ferté sont ballotés entre les différents possesseurs des terres de Luxembourg. A chaque fois qu’une occasion se présente de reprendre possession des terres, ils n’hésitent pas à mettre la région à feu et à sang.

A découvrir

  • SI « Le Soleil de Gaume » rassemble toute la documentation et la littérature d’une région excessivement riche.
  • Les Musées Gaumais : créé en 1937 par Edmond Fouss dans l’ancien couvent des Récollets, il rassemble des objets donnés par des Gaumais qui ne veulent pas perdre la mémoire du pays. Archéologie, Art gaumais, Coutumes et légendes, et Foi sont rassemblés au musée de Virton. Montauban-Buzenol abrite une impressionnante collection de bas reliefs romains découvert en 1958. Montquintin, musée de la vie paysanne, l’ancienne ferme de la dîme est un exemple parfaitement conservé de l’architecture rurale traditionnelle. Mémoire de la vie locale et militaire, le musée Baillet-Latour évoque le souvenir des « Dragons de Latour », régiment wallon qui se distingua au service de l’Autriche au 18è siècle.
  • L’Eglise, néo-classique, Saint-Laurent, qui domine la place Nestor Outer.
  • Le village de vacances de la Vallée de Rabais qui abrite, quelque part au fond des bois la « Confrérie du Zigomar ».
  • L’ancien cinéma « Franklin » bâti fin 19è, les bâtiments existaient en 1824 et étaient connus sous le nom de la Brasserie « Fayon »; et a été transformée en 1910 en salle de spectacle. En 1929, il devient cinéma jusqu’en 1976. Il devient alors un magasin de meubles avant d’être abandonné. Il est racheté par un restaurateur virtonais, il est restauré à l’origine et inauguré en 2044 en espace de restauration et d’animation sur fond de décor théâtral et cinématographique. On y donne encore des spectacles comme autrefois.

Il ne faut pas négliger deux événements majeurs de la ville de Virton : « Le festival du film européen (1ere quinzaine de novembre) et la Foire aux amoureux et le concours du Roi du pâté gaumais, le 26 décembre, surveillé par D’Jean et D’Jeanne.

Les commentaires sont fermés.