L’œuvre de la semaine : A la bonne heure !

Imprimer

museeGaumais.jpgMoi, Monsieur, je me couche avec les poules et je me lève avec le soleil !

Eh bien, bonjour ! Si c’est ainsi, on se verra plutôt en été que l’hivermême si – joyeux calembour -, on se verra plus tard en été qu’en hiver, n’est-ce pas ? Du moins, si l’on s’en tient à ce bon vieil adage, que l’on entend encore de temps à autres. Tant il est vrai que les poules se couchent au soir tombant et que le soleil, vers le 21 juin, pointe déjà son nez à quatre heures. Sauf collision majeure de la Terre avec un astéroïde, la mise au lit des poules et l’étirement du soleil se font,  depuis des lunes si j’ose dire, à l’heure dite GMT (abréviation de Greenwich - qui est notre méridien - Mean Time)

Oui mais quoi ? De l’heure d’été ou de l’heure d’hiver ? Actuellement, l’heure d’été c’est GMT+2 et l’heure d’hiver, GMT +1. Dans tous les cas, on n’est donc plus en phase avec l’astre du jour du temps de nos aïeux. Et tous les ans, c’est le même refrain : on avance ? On recule ? Voici un petit moyen mnémotechnique : en octob-re, on re-cule les aiguilles. En av-ril, on les av-ance. Donc, dans la nuit de samedi  à dimanche prochains, les horloges suivront cette manie, ressuscitée dans les années ’70 par mesure d’économie d’énergie et nous passerons donc à GMT+1.

 

Que l’on veuille ou non de cette manipulation temporelle, l’invention n’est pas neuve – et quel en est encore l’intérêt ?, s’interroge, curieux, le petit peuple adepte des BBQ vespéraux d’arrière-saison -: ce sont les Allemands qui, en 1914, imposent au fur et à mesure de leur avancée leur horaire (GMT + 1) dans les territoires occupés.

Ainsi, la région de Virton passe-t-elle rapidement à l’heure germanique. Nestor Outer dans son « Journal d’un Bourgeois pendant la guerre » mentionne à la date du dimanche 30 août : …La cloche de l’église est muette et l’horloge du clocher marque l’heure allemande… Dorénavant, il n’y aura qu’une seule heure : celle de l’église !. « Heure de l’église » (ou « heure allemande ») sont les mentions qui accompagnent les heures renseignées sur tout document (convocations, affiches, placards …) qu’émet l’Administration allemande par voix du Bourgmestre.

convocation otage.jpg

 Photo : Convocation d’otages d’Antoine-Joseph Verhulst

Le 15 octobre 1914 - De 11h3/4 du matin à 8h du soir – Document Coll. Musée gaumais

A cette époque, Antoine Verhulst, botaniste, est directeur de l’Ecole Moyenne de l’Etat à Virton

 

Cette heure (GMT+1) est généralisée dès le 8 novembre 1914 et sera modifiée en mai 1916 avec l’introduction d’une heure d’été (GMT+2). « …On a changé le cours des heures. On dîne à 2 heures (c’est toujours midi), on entre en classe à 3, on sort à 6, on soupe à 10, on se couche à 11 et on se lève avec le soleil » écrit Outer le 2 de ce même mois. Déjà, il fallait économiser l’énergie !

 

Si, à l’armistice du 11 novembre 1918, les territoires libérés retrouvent leur heure naturelle (Outer ne mentionne rien à ce propos dans son journal qu’il termine fin novembre1918 avec l’arrivée des Américains), ils repasseront à l’heure allemande en 1940 et ce jusqu’à aujourd’hui, avec le changement connu de l’heure d’été depuis 1977.

 

Ce document est présent à l’exposition « LARMES DE GUERRE » accessible au Musée gaumais. Cette double exposition comporte une soixantaine d’œuvres de Nestor Outer autour de nombreuses évocations de la vie des civils en Gaume durant la Première Guerre.

Visite guidée publique dimanche 26 octobre à 16h.

 

Retrouvez toutes nos activités sur :

 

www.museesgaumais.be  et sur notre page Facebook

Les commentaires sont fermés.